Contexte de la maladie de Parkinson

Contexte de la maladie de Parkinson

23 juin 2020 Non Par Jean Steph

La maladie de Parkinson est une affection chronique et progressive du système nerveux central. Elle affecte la façon dont votre corps agit et peut également affecter votre façon de penser. La maladie de Parkinson appartient à un groupe de troubles connus sous le nom des troubles du mouvement, une affection neurologique qui affecte la vitesse et la facilité de vos mouvements.

Parkinson, une maladie chronique evolutive

Chronique signifie qu’il s’agit d’une affection de longue durée – une fois que vous l’avez, vous l’aurez toujours.

Progressif signifie que vos symptômes évolueront au fil du temps.

Il n’existe pas de remède contre la maladie de Parkinson, mais divers médicaments permettent de soulager les symptômes.

L’expérience de la vie avec la maladie de Parkinson est différente pour chaque personne atteinte, et bien que les médicaments puissent aider à supprimer les symptômes, il n’a pas été démontré qu’ils ralentissent ou arrêtent la progression de la maladie.

Le régime alimentaire, l’exercice physique et l’attention portée au bien-être en général sont importants pour vivre avec la maladie de Parkinson.

Les spécialistes qui connaissent bien la maladie de Parkinson peuvent aider à déterminer les aliments appropriés, le moment des repas et les quantités pour s’assurer que vous vous sentez bien et que vous tiriez le meilleur parti de vos médicaments.

La pratique régulière d’un exercice physique améliorera votre équilibre et votre mobilité. Il est préférable de choisir des mouvements et des exercices qui favorisent la souplesse, la musculation et l’activité aérobique. Ces exercices comprennent la course à pied, le vélo, le tai-chi, la danse, le pilates et la boxe.

La maladie de Parkinson peut affecter la capacité à effectuer des activités quotidiennes courantes. Bien que la maladie de Parkinson est associée à un large éventail de symptômes, il existe des caractéristiques de la maladie de Parkinson qui la plupart des personnes atteintes de cette maladie en feront l’expérience.

Les symptomes de la maladie de parkinson

Ces symptômes sont généralement divisés en deux catégories : ceux qui affectent les mouvements (symptômes moteurs) et ceux qui ne les affects pas (symptômes non moteurs). Il est important de noter que, bien qu’il existe des symptômes communs de la maladie de Parkinson, ils peuvent varier considérablement d’une personne à l’autre.

De plus, la façon dont ces symptômes évoluent dans le temps et l’apparition d’autres symptômes de la maladie de Parkinson varie d’une personne à l’autre.

Les symptômes de la maladie de parkinson se manifestent souvent d’un seul côté du corps et persistent généralement tout au long de la vie.

La communication peut être entravée par une faiblesse de la voix, une diminution de l’articulation, un discours monotone, une perte d’inflexion normale, et un déclin de l’animation et de l’expression du visage.

La perte de l’odorat peut être l’un des premiers symptômes, précédant parfois de plusieurs années l’apparition de la maladie.

Voici un aperçu de certains des principaux symptômes :

Symptômes moteurs

  • Tremor
  • Bradykinésie (lenteur du mouvement)
  • Rigidité et congélation en place
  • La démarche est traînante, baissée
  • Diminution du balancement des bras lors de la marche
  • Difficultés liées à la présidence
  • Micrographie (petite écriture)
  • Manque d’expression du visage
  • Activités quotidiennes ralenties
  • Difficulté à se tourner dans le lit

Symptômes non moteurs

  • Diminution de l’odorat
  • Volume vocal faible
  • Crampes douloureuses aux pieds
  • Troubles du sommeil
  • Dépression
  • Constipation
  • Baveux
  • Augmentation de la transpiration
  • Fréquence urinaire/urgence
  • Hallucinations
  • Pression artérielle basse/étourdissements

Le diagnostic de la maladie de parkinson

Il n’existe pas de test de laboratoire unique qu’un médecin puisse prescrire pour confirmer si une personne est atteinte de la maladie de Parkinson. Il existe cependant quatre symptômes clés, la combinaison de deux d’entre eux étant suffisante pour diagnostic :

  1. Tremblement au repos
  2. Bradykinésie (lenteur du mouvement)
  3. Rigidité
  4. Instabilité posturale

La maladie de parkinson et les neurones

Ce qui distingue la maladie de Parkinson des autres troubles du mouvement, c’est que la perte de cellules se produit dans une région très spécifique du cerveau appelée la substantia nigra. Les cellules nerveuses, ou neurones, de cette région apparaissent en fait sombres sous un microscope.

Ces neurones sombres produisent un type spécifique de neurotransmetteur (un messager chimique qui permet neurones pour communiquer) appelée dopamine. Le neurotransmetteur dopamine aide à réguler le mouvement.
Cette perte de dopamine est la raison pour laquelle de nombreux traitements de la maladie de Parkinson visent à augmenter les niveaux de dopamine dans le cerveau.

En plus de la diminution de la dopamine et des cellules qui la fabriquent, vous pouvez également lire ou entendre sur l’alpha-synucléine. Nous ne savons pas encore ce que fait cette protéine dans le cerveau sain, mais dans la maladie de Parkinson elle s’agglomère dans ce qu’on appelle les corps de Lewy. Les chercheurs pensent que l’accumulation d’alpha-synucléines contribue à la cause de la maladie de Parkinson et qu’il pourrait être possible de développer de nouveaux traitements basée sur cette idée.

La maladie de Parkinson porte le nom du chirurgien britannique James Parkinson, qui a écrit en 1817 “Un essai sur la paralysie de tremblement”. Si Parkinson a été le premier à observer et à décrire les symptômes dans un certain nombre de faits, c’est Jean-Martin Charcot, un neurologue français, qui plus tard a inventé le nom “La maladie de Parkinson”.

Stades de la maladie de Parkinson

Stade 1 : Au premier stade, les symptômes sont souvent légers et ont tendance à passer inaperçus. Légers tremblements ou d’autres symptômes de mouvement peuvent se produire d’un côté du corps.

Stade 2 : Les tremblements ou autres symptômes de mouvement deviennent plus forts et affectent les deux côtés du corps. Les changements dans la façon dont une personne marche ou se déplace sont reconnaissables à mesure que les tâches quotidiennes deviennent plus difficiles.

Stade 3 : À mesure que la maladie progresse, l’équilibre devient plus difficile et les mouvements deviennent encore plus lents. La personne peut encore vivre de façon indépendante mais ses fonctions sont comme manger ou s’habiller deviennent eux-mêmes plus lourds.

Étape 4 : Souvent, cela devient la période de transition pendant laquelle la personne n’est plus en mesure de vivre seul. Des marcheurs ou d’autres aides sont utilisés quotidiennement pour aider à soutenir la mobilité réduite d’une personne.

Étape 5 : Les patients sont confinés dans un fauteuil roulant ou un lit et nécessitent la présence d’un soignant autour de la l’horloge.

En savoir plus sur la maladie de parkinson