Lino ventura Bio

Lino ventura Bio

12 février 2020 Non Par Jean Steph

L’un des personnages vedettes les plus appréciés de la France des années 1950 à 1980 a été l’Italien Lino Ventura. Né Angiolino Joseph Pascal Ventura de Giovanni Ventura et Luisa Borrini, le 14 juillet 1919 à Parme (nord de l’Italie), le jeune Lino s’installe très jeune avec sa famille à Paris, où il grandit. Abandonnant l’école à l’âge de huit ans, Lino dérive d’un emploi à l’autre (apprenti mécanicien, etc.), incapable de décider ce qu’il doit faire pour vivre. Marié en 1942 à 23 ans, il a quatre enfants avec sa femme Odette. Lino Ventura est également connu pour avoir créer l’association Perce Neige notamment car une de ses filles est autiste, ce qui l’affectera toute sa vie.

Lino trouve finalement une vocation de lutteur de style gréco-romain et devient champion d’Europe professionnel en 1950. Il est cependant contraint d’abandonner cette vie sportive après avoir subi une grave blessure sur le ring. A la recherche de types de gangsters pour son prochain film, le réalisateur Jacques Becker a donné à ce jeune homme de 34 ans inexpérimenté son premier emploi d’acteur en tant que soutien des méchants à la star Jean Gabin dans le thriller policier Touchez pas au grisbi (1954) [Grisbi]. Gabin a été impressionné et a fait plus qu’encourager Lino à continuer à jouer pour gagner sa vie. Lino ventura est ensuite apparu avec Gabin dans plusieurs films de la star, jouant souvent le rôle d’un gangster, notamment Razzia sur la chnouf (1955), Crime et châtiment (1956), Le rouge est mis (1957) et Maigret tend un piège (1958) [Inspecteur Maigret].lino ventura

Dure, brutal, costaud, Lino s’est imposé dans les années 60 comme une star aux caractères bien trempés, jouant des deux côtés de la barrière morale. Adepte de la comédie légère et du drame noir, il a joué dans des dizaines de films considérés aujourd’hui comme des classiques du cinéma français. Son mug à l’allure trapue et raide prend la forme de divers types de criminels comme dans Le deuxième souffle (1966) et La bonne année (1973), ainsi que d’inspecteurs tenaces et gentils dans Adieu poulet (1975), Cadavres exquis (1976) et Garde à vue (1981). Lino portait sur ses épaules un visage breveté qui avait le poids du monde et que le public appréciait, même lorsqu’il jouait le rôle du grand méchant. En trois décennies, il s’est constitué une impressionnante galerie de cols bleus protagonistes. Il ne faut pas manquer son mari aigri et vengeur dans Un témoin dans la ville (1959), ni le chef de police corrompu Tiger Brown dans L’opéra de quat’sous (1963) ; un résistant français de la Seconde Guerre mondiale dans L’armée des ombres (1969) ; et le chef de la mafia Vito Genovese dans Cosa Nostra de Charles Bronson (1972), parmi beaucoup, beaucoup d’autres. Vers la fin de sa carrière, il a joué Jean Valjean dans une production française de Les misérables (1982) pour laquelle il a été nominé aux César (c’est-à-dire l'”Oscar” français). Il s’est produit pratiquement jusqu’au moment de sa crise cardiaque mortelle en 1987, à l’âge de 68 ans, dans sa France bien-aimée. Parmi les survivants figuraient sa femme de 45 ans et ses enfants. Sa fille Mylène est morte dans un accident d’avion en 1998 et sa femme Odette est décédée en 2013.

Vous pourrez retrouvez toute sa bio en consultant sa fiche Wikipedia